Nombre de visites sur cette page

chiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpg

logo 28_20131028_1629_002vcm_pano06_r0.png

Samedi 04 Octobre 2014
Compte Rendu du BRM de 400 kilomètres
Des paysages d'exception aux sources de l'Isère







Voici les résultats définitifs du troisième et dernier BRM de 400k de l'année 2014...




Si Baptiste Fontaine avait intitulé son compte rendu du premier brevet de 200k du mois de Mars 2014 comme étant la rentrée des classes des randonneurs, ce brevet de 400k peut s'intituler être une ultime randonnée en montagne avant la fermeture des grands cols Alpins. Nous étions une trentaine de randonneurs à s'être donnés rendez-vous pour aller réveillonner au chevet du col de l'Iseran avant qu'il ne soit recouvert par des tonnes de neige pour le plaisir des skieurs de Val d'Isère...


J'ai tracé ce nouveau parcours en 2013 et il m'a fallu du temps pour le réussir! J'y suis arrivé au bout de sept tentatives au mois d'octobre 2013! La première fois, c'était en sens inverse avec un départ l’après-midi et une montée à Val d'Isère aux limites de la nuit, une montée infernale au Galibier au petit matin. J'ai renoncé pour préférer un sens inverse avec le Glandon, l'Iseran et le Cormet de Roselend. Il me fut difficile d'arriver à Beaufort! Abandon dans une laiterie au petit jour! Et puis, pourquoi ne pas tenter l'impossible mythique trajet via le Galibier et l'Iseran? Tous les deux grands cols dans la journée, et de plus de jour, reste à revenir à Grenoble par la vallée, la nuit... J'ai fait ce parcours seul en octobre 2013, en ne voyant que 4 voitures entre Lanslebourg et Bourg Saint Maurice, avec l'impression d’être parti en vacances pendant une semaine! Le parcours était tracé, homologué par l'ACP et prévu ce samedi 04 octobre 2014...


Le même parcours aurait dû avoir lieu en Juillet 2014, mais la mauvaise météo m'a forcé à l'annuler. Quand il pleut dru à Vizille, il n'est pas question de donner le départ pour que les randonneurs se retrouvent en situation difficile sur la route... Les demandes de renseignements et les inscriptions affluent dans les quinze derniers jours de Septembre, mais lors d'un repérage d'un prochain BRM 2015 en Oisans, je suis mis au courant de la fermeture de la route D1091 quelques heures avant le départ du brevet! Je contacte de suite le Conseil Général de l'Isère, par courriel et par téléphone. Ils confirment qu'il sera impossible de passer ce samedi 04 octobre au matin:


image reponse_cg38-g.jpg


Les villages de la Grave et de Villar d'Arene seront coupés du monde et pour les rejoindre depuis Grenoble, il faut passer par Gap et Briançon... J'écarte la solution muletière par le plateau d'Emparis pour que les randonneurs ne soient pas trop secoués... Mais remarquons que cet itinéraire peut permettre de passer deux cols à plus de deux mille mètres d'altitude. Mais pour un brevet, je fais partie de ceux qui veulent rester sur le bitume... Alors, il me reste trois possibilités:

  1. Annuler le brevet, ce qui n'est pas réalisable à une semaine du départ et en plus la météo s'annonce belle

  2. Le décaler d'une journée en avance. Ce n'est pas faisable car bon nombre de participants viennent de loin et les hébergements et transports ont déjà été réservés

  3. Étudier une possible déviation. La DDE me propose de passer par Gap, Embrum et Briançon pour rejoindre le Lautaret, mais là, on explose le kilométrage... Il me reste la solution de passer par les cols de la Croix de Fer et du Mollard pour rejoindre la vallée de la Maurienne...



Le kilométrage s'en trouve réduit, l'ACP accepte d'homologuer cette nouvelle feuille de route déviée et je m'occupe avec la FFCT du transfert d'assurance fédérale sur ce nouveau parcours. Quatre jours avant le brevet, je rédige un nouveau plan de route, une nouvelle carte car si je connais ces routes par coeur, il n'en est pas de même pour les participants. Et il n'est pas question qu'ils se perdent dans ces montagnes!


Avant de passer au déroulement de la randonnée, intéressons-nous justement au profil de ces randonneurs. Qui sont-ils exactement ?


La plupart sont français, venus de la région de Grenoble, ou alors d'un peu plus loin.

Citons Bertrand, venu de Paris, qui me dira dans la journée que la première fois qu'il a monté le col de la Croix de Fer, c'était au moment des travaux du barrage de Grand Maison...

Michel et Aymeric sont respectivement venus de Mayenne et de Haute Savoie, pour le temps d'un week-end afin de réussir ce brevet de 400k et de s'assurer une pré-inscription pour PBP 2015.

C'est aussi le cas de Elio, mais lui est venu, d'Italie, de la province de Cunéo. Ne parlant pas italien, et lui ne parlant pas français, nous avons dialogué en anglais... La pratique de l'anglais m'a aussi permis d'accueillir Pamela, venue d'Australie! Pamela n'avait jamais fait plus que 270k mais sa motivation était à bloc quand elle me disait: I want to try!".

Jean-Pierre est maintenant un habitué! Venu de Lyon, il n'avait pas besoin de ce brevet pour faire valoir une future pré-inscription..

Je n'oublie pas non plus Janis et Bastien, respectivement âgés de 24 et 33 ans, qui ont voulu voir la vraie montagne d'un peu plus près en ayant fait respectivement le Semnoz et le couple (Saint Gothard et Petit Saint Bernard) avant...

Courageuses et courageux jusqu'au bout, tout le monde est parti ensemble et a ensuite progressé à son rythme... Récit d'une journée encadrée par deux longues nuits...

fichier 20141004_0357_depart_grenoble_alain_berrux_florian_cabaj_elio_paschetta_resized-0.jpg

Il y avait du monde sur la place de Sfax à 3h30 quand les premiers randonneurs sont arrivés...

fichier 20141004_0408_depart_grenoble_patrick_antoinat_patrick_contardo_laurent_poirmeur_aymeric_moulins_resized-0.jpg

J'ai salué les connus et inconnus, distribué les cartes de route et le nouvel itinéraire avant d'aller changer de vélo...

fichier 20141004_0414_003grenoble_place_de_sfax_depart_aymeric_moulins_laurent_dene-0.jpg

Retour vite fait avec Pamela, le temps d'une photo de groupe, ce qui a permis à Pierre Boyer de remarquer qu'il y avait du monde...


Nous sommes partis groupés, en passant devant la boite aux lettres installée. C'est ici qu'il faudra revenir! La prochaine fois que vous la verrez, vous aurez bien pédalé et vous aurez vu l'Iseran, l'épine dorsale du parcours...

Comme beaucoup sont étrangers à Grenoble, j'ai tenu le groupe sur la voie verte. Pas facile de contenir Jean-Pierre car en roulant à 23km/h, lui était déjà devant à 24,5km/h et aurait bien aimé aller plus vite...

fichier 20141004_0439_d1075_route_echirolles_peloton-0.jpg

Nous sommes encore groupés à Echirolles...


À Pont de Claix, je signale la direction de Briançon, en m'assurant que personne ne file vers Sisteron! Les randonneurs commencent déjà à s'éparpiller. Je ne vois pas plus les premiers et les derniers sont encore sur le cours Saint André... Personne ne semble être perdu, je remonte rapidement le peloton quand tout d'un coup un randonneur perd son éclairage à la sortie de Pont de Claix, après avoir roulé dans un trou. Il ne s'est aperçu de rien! Je m’arrête et je ramasse le socle, le support, la pile R14 avant de repartir avec tout cela dans ma main droite. A fond en pédalant, je demande à qui est cet éclairage. Je trouve rapidement son propriétaire et sans nous arrêter, je lui rends en lui conseillant de le mettre en poche. Mais ses poches sont bien remplies de nourriture...

À Vizille dans le brouillard. Jean-Pierre manque de se perdre dans le carrefour de Lily Croustille, une voiture l'évite et ensuite, nous roulons les uns derrière les autres...

fichier 20141004_0504_001d1091_route_jean-pierre_cellier_luc_dumont_saint-priest-0.jpg

Il n'est pas facile à se moment de pédaler avec des lunettes blanches car les gouttelettes de brouillard se fixent sur les verres. Quand je les enlève, je sens de la fraicheur dans les yeux...

fichier 20141004_0507_d1091_route_brouillard_derriere_alain_savey-0.jpg

Tout d'abord agréable, je sens vite la sensation de froid et finalement, je me protège en baissant la tête, protégé par la visière de la casquette... Me voici bien calé derrière Alain...


La vallée de la Romanche passe vite! Je roule avec Bernard qui essaye ici son premier 400! Il a déjà fait quelques brevets de 200k ici à Grenoble, mais là, il veut aller plus loin! Je retrouve ensuite Christophe avec qui je me hisse en haut de la côte de Livet. Après le pont sur la Romanche, ça va mieux, ça roule et Laurent, sur son vélo couché en profite pour nous dépasser. A Rochetaillée, c'est le début de la déviation, là justement où j'ai bien mis en garde Pamela de bien prendre prendre à gauche quand elle verrait la route faire un angle droit sur la droite...

Il fait nuit noire à Allemont et nous arrivons espacés en bas de la route D43 qui permet de monter à l'église pour rejoindre directement la route du Rivier d'Allemont. Je pense que tout le monde l'a prise. Il y a eu ensuite une incertitude dans la montée, car après m'être fait dépassé par Jean-Pierre au départ, je l'ai retrouvé derrière moi après l'église d'Allemont. Conquis définitivement par cette route, il s'est exclamé dans la nuit:

- J'ai pourtant fait 17 marmottes, mais je ne suis jamais passé par là! Ça doit être sympa en plein jour!

Nous retrouvons rapidement la route des cols, le passage des 4 kilomètres à 10%. Ici, pas de miracles: en moulinant avec mon triple plateau, ceux équipés de compacts (double plateaux) me dépassent! Je cite Jean-Pierre qui développe une belle danseuse, Aymeric, Jean-Christophe, Jean-Yves, Yann et les autres, tous les autres? Il fait presque jour quand apparait le village endormi du Rivier d'Allemont, village du bout du monde comme l'appelle si bien l’hôtelière du village! J'ai bien transpiré dans la montée, mais je ne m'arrête pas, une occasion de dépasser facilement ceux qui se sont arrêtés comme Florian et Alain... Mais ils vont vite me retrouver dans la courte descente, celle d'où on peut admirer le grand pic de Belledonne qui se dresse sans égal comme une dent abimée entre toutes ces montagnes. Après avoir passé le petit pont, nous voici tous confrontés au passage à 12%! Il fait frais, la route est mouillée. Nous sommes en Octobre, le soleil ne vient plus réchauffer cet endroit enclavé et lugubre. Ici, pas de miracle et il faut se faire petit et appliquer la méthode de Jacques, moniteur FFCT, qui disait lors de la montée à TréCime dans les Dolomites:

- Ici, on met tout à gauche et on attend que ça passe!

Oui, sauf qu'il faut quand même pédaler! Florian me rejoint et me raconte sa Haute Route, l'histoire de la cinquantaine de féminines, les massages le soir, qu'ils n'étaient qu'une poignée à avoir un triple plateau. J'ai tout bien retenu, la montée se passe bien. Mais la suite est plus redoutable, car je vais commencer à m'endormir, lentement mais doucement!

fichier 20141004_0738_001d526_route-0.jpg

Couleur d'automne dans le Défilé du Maupas...


Je m'arrête dans un virage, il fait bien jour maintenant et je mange une tranche de cake sportif avec une gorgée de Coca Cola pour essayer de me réveiller! Sylvie me dépasse, puis Bertrand qui pédale aisément!

fichier 20141004_0740_003d526_route_bertrand_affres-0.jpg

Bertrand dans le défilé du Maupas...

fichier 20141004_0811_001d526_route_barrage_de_grand_maison-0.jpg

Endormi, mais pédalant comme je peux, j'arrive au barrage de Grand Maison. Je ne peux m’empêcher de faire des photos, j'aime tellement cet endroit et là, l'éclairage est différent. C'est le matin, avec une couverture nuageuse qui ajoute un effet mystérieux et je ne suis pas habitué à passer par ici, dans ce sens et au lever du jour...

fichier 20141004_0820_002d526_route_barrage_de_grand_maison-0.jpg

La vallée de l'Eau D'Olle au petit jour, sous de gros nuages...


Le passage en Savoie me réveille! C'est une courte descente et rouler d'un seul coup à 51km/h me fait profiter d'un courant d'air froid dans mon maillot court trempé de sueur! J'ai froid mais je suis réveillé! Tellement réveillé que je suis étonné de déjà arriver au Chalet du Glandon et la suite vers la Croix de Fer me parait facile. J'aurais même presque envie de passer le plateau du milieu, mais non...

fichier 20141004_0851_001d926_route-0.jpg

En montant vers le Col de la Croix de Fer...


Le haut de la vallée de l'Eau d'Olle, sous le soleil...


image 20141004_0852_001d926_route_pano03-g.jpg

Arrivé au Col de la Croix de Fer, je retrouve Florian et Alain qui cherchent Yann pour faire le brevet ensemble! Pour moi, c'est clair, Yann est forcément devant mais Florian doute...

fichier 20141004_0908_001d926_route_col_de_la_croix_de_fer_laurent_poirmeur-0.jpg

Au col de la Croix de Fer, à neuf heures du matin, avec Laurent...

fichier 20141004_0908_002d926_route_col_de_la_croix_de_fer_sylvie_laverdure_bertrand_affres-0.jpg

...puis Sylvie et Bertrand...


L'un derrière l'autre, nous entamons la descente dans la vallée de l'Arvan...


image 20141004_0911_002d926_route_descente_vers_saint_sorlin_arves_pano05-g.jpg

fichier 20141004_0924_001d926_route_saint_sorlin_arves_eglise-0.jpg

Saint Sorlin d'Arves au petit matin...

fichier 20141004_0936_d926_route_pont_de_belleville-0.jpg

En plein soleil, la descente n'est pas si fraiche que je l'avais pensé. Au pont de Belleville, direction à droite pour grimper au Col du Mollard...


Je découvre une route gravillonnée qu'il faut mieux pratiquer à la montée et assis, car en danseuse, le dérapage est assuré. Je suis dépassé par une voiture folle. Avec Sylvie et Bertrand, nous marquons une pause pour nous déshabiller...

fichier 20141004_1008_d80_route_les_rieux_tarine-0.jpg

Aux Rieux, une tarine n'a qu'à tourner la tête pour nous regarder passer...

fichier 20141004_1023_002d80_route_albiez_montrond_chapelle-0.jpg

La chapelle d'Albiez Montrond


Nous arrivons quasiment tous groupés au Col du Mollard...

fichier 20141004_1028_d80_route_col_du_mollard_bernard_sautreuil_laurent_poirmeur_bertrand_affres_sylvie_laverdure_marc_ksavrelof-0.jpg

Au Col du Mollard, avec Bernard, Laurent, Bertrand, Sylvie et Marc...

fichier 20141004_1050_002d80_route_albiez_le_jeune_eglise-0.jpg

Arrivée à Albiez le Jeune, le premier contrôle de cet brevet dévié. Je signe les cartes des concurrents qui étaient avec moi, sauf Cyril qui a dû faire une pause plus longue que prévue quelque part......

fichier 20141004_1050_003d80_route_albiez_le_jeune_panneau_fin-0.jpg

Après le panneau de la fin du village, une belle descente s'annonce vers Villargondran! Avec une cinquantaine de petits virages, il est impossible de prendre de la vitesse! Le compteur oscille entre 28km/h dans les lignes droites et 13km/h dans l'épingle. C'est finalement bien sécurisant de ne pas pouvoir rouler trop vite en descente...


Après Saint Julien Mont Denis, nous circulons sur la D1006, en plein soleil. La circulation est très modérée, rien à voir avec la circulation d'un mois de Juillet pendant la Marmotte ou le BRA...

fichier 20141004_1145_002d1006_route_bernard_sautreuil_marc_ksavrelof-0.jpg

Bernard et Marc avant Saint Michel de Maurienne...


Nous nous séparons à Saint Michel de Maurienne, temps pour certains de s'arrêter là où ils le souhaitent, superette et café en vitesse pour ma part. Ma pause a duré 10 minutes, je reprends la route en mesurant mon heure et demie d'avance par rapport aux repérages solitaires... Le compteur indique 126 kilomètres pour 2600 mètres d'élévation... Il en reste encore...

fichier 20141004_1218_001d1006_route-0.jpg

Couleurs d'automne à la sortie de Saint Michel de Maurienne...

fichier 20141004_1228_001d1006_route_alain_berrux-0.jpg

Alain avant d'arriver à Modane...

fichier 20141004_1228_002d1006_route_patrick_moindrault-0.jpg

Pour Patrick, c'est simple, il faut prendre son temps et grignoter les kilomètres...

fichier 20141004_1228_003d1006_route_bernard_sautreuil-0.jpg

Bernard emporte ses affaires dans un petit sac à dos... Faire néanmoins attention au porte feuille dans la poche arrière gauche du maillot qui pourrait tomber et rester sur le bord de la route...

fichier 20141004_1234_d1006_route_pont_des_chevres-0.jpg

Passage au pont des chèvres sur l'Arc...

fichier 20141004_1236_002d1006_route_michel_rousset-0.jpg

Michel, tout sourire, en route vers l'Iseran, toît des Alpes...

fichier 20141004_1241_002d1006_route_cyril_botalla-costa-0.jpg

Cyril, ici avant Modane...

fichier 20141004_1251_001d1006_route_panneau-0.jpg

Je ne sais pas si les participants ont été impressionnés par ce panneau, indiquant encore 59k avant le col de l'Iseran, mais seul, j'ai eu un coup au moral en le voyant pendant les repérages solitaires... Finalement, il faut être plus fort que ces panneaux car on va y arriver...

fichier 20141004_1251_002d1006_route_laurent_poirmeur-0.jpg

Pour se nourrir, Laurent a la solution! C'est sur le vélo, afin de minimiser les temps d'arrêts...

fichier 20141004_1252_001d1006_route_marc_ksavrelof-0.jpg

L'homme de tête est ici Marc qui roule bon train vers Modane...

fichier 20141004_1252_002d1006_route-0.jpg

Et dire qu'il va falloir monter, là haut, dans ces montagnes...

fichier 20141004_1254_d1006_route_modane-0.jpg

Arrivée à Modane...

fichier 20141004_1258_001d1006_route_modane_velo-0.jpg

Il ne me semble pas connaître ce randonneur à vélo. J'ai peut-être oublié de lui faire une carte de route...

fichier 20141004_1301_001d215_route_modane_panneau_fin-0.jpg

Après Modane, tout à gauche pour grimper à Aussois! Cette phrase est à prendre au sens propre et figuré! Il faut traverser l'Arc pour se retrouver sur sa rive droite et mettre tout à gauche, sur le petit plateau pour grimper vers le prochain contrôle...

fichier 20141004_1306_d215_route-0.jpg

Un ciel nuageux par moment et dans la sacoche, le téléphone sonne! Il m'apprend qu'un randonneur vient d'abandonner, malade avant le passage du col de la Croix de Fer...

fichier 20141004_1314_001d215_route-0.jpg

Le téléphone s'agite encore une fois, mais cette fois-ci, c'est un concurrent qui m'annonce son passage au Col de l'Iseran! Déjà! Bon sang, je rame derrière! Son message m'inquiète quelque peu car il m'annonce trois degrés là-haut!

fichier 20141004_1314_002d215_route-0.jpg

Ici, dans cette montée, chauffée à blanc, le compteur indique 28 degrés...

fichier 20141004_1344_001d215_route_aussois_patrick_contardo-0.jpg

A Aussois, nous retrouvons Patrick! En pleine forme, mais il m'annonce qu'il n'aurait pas dû faire 350k le week end dernier. Au moins, une chose est sure: Patrick est entraîné...

fichier 20141004_1344_002d215_route_aussois-0.jpg

Avec les compagnons du moment, Patrick et Marc, nous faisons une halte aux toilettes publiques. Une occasion unique pour remplir nos bidons et me débarbouiller la figure! Un peu d'eau fraîche et ça repart...

fichier 20141004_1404_001d83_route-0.jpg

Une ultime petite montée vers le site du monolithe, bien connue en hiver pour le ski de fond! Qui y retourne avec moi l'an prochain ?

fichier 20141004_1406_001d83_route_sardieres_eglise-0.jpg

Les beaux villages savoyards de la Maurienne: Sardières...

fichier 20141004_1414_001d83_route_sollieres_eglise-0.jpg

...et Sollières après une belle descente...

fichier 20141004_1414_002d83_route_sollieres-0.jpg

C'est vrai qu'en automne, les paysages se prétent vraiment à la pratique du cyclotourisme...

fichier 20141004_1420_001d1006_route_termignon_eglise-0.jpg

Arrivée à Termignon, il fait un peu plus frais...


Après Termignon, la côte sans nom me fait rencontrer le vent italien: la Lombarde. J'ai toujours eu ce vent de face jusqu'à Lanslebourg. Complétement endormi, le village attend l'hiver. Tous les commerces sont fermés, sauf le dernier hôtel, à droite, qui semble ouvert...

fichier 20141004_1449_d1006_route_lanslebourg_tarte_the-0.jpg

Je m'y arrête pour prendre un thé chaud, rallongé avec un pichet d'eau chaude et un second... Et avec une tarte aux pommes aux noix, c'est encore meilleur et surtout très gourmand!

Je parle de notre épreuve au gérant qui s'y intéresse en me disant que les premiers sont passés ce matin... Je veux bien le croire, mais tous les cyclistes passés ce jour à Lanslebourg ne vont pas le brevet...

fichier 20141004_1511_001d902_route_lanslevillard_sylvie_laverdure_bertrand_affres-0.jpg

Après la pause, c'est reparti...

fichier 20141004_1511_002d902_route_lanslevillard_sylvie_laverdure_bertrand_affres-0.jpg

Je retrouve Bertrand et Sylvie à Lanslevillard, sous le soleil...

fichier 20141004_1522_001d902_route-0.jpg

Après Lanslevillard, la route s'incline avec une belle série de virages. L'endroit, pris sous le soleil et sans vent, m'a toujours paru difficile...


Mais il faut prendre son temps et gérer son effort comme on l'entend. Voici justement un bel exemple de repos: Savoir mettre pied à terre et se reposer

fichier 20141004_1525_001d902_route_lacets_de_lanslevillard_cyril_bottala-costa-0.jpg

Le repos d'un participant dans les lacets de Lanslevillard...


Cela m'a fait penser à une personne à qui j'avais parlé du Paris-Brest-Paris et qui m'avait demandé:

- Mais c'est autorisé dans vos courses de vélo de mettre pied à terre ?
- Bien sur! Et ça fait même du bien de s'arrêter! Et en plus, ce ne sont pas des courses...

fichier 20141004_1536_001cv_route_carrefour-0.jpg

Après cette montée de quinze minutes, j'ai conseillé aux participants de prendre cette route à gauche pour découvrir le vrai col géographique de la Madeleine...

fichier 20141004_1540_cv_route-0.jpg

La route coupée ne l'était finalement pas au moment du brevet...

fichier 20141004_1542_001cv_route_col_de_la_madeleine-0.jpg

Voici la chapelle du petit col de la Madeleine...

fichier 20141004_1542_002cv_route_col_de_la_madeleine_fontaine-0.jpg

...et sa fontaine...

fichier 20141004_1543_003d902_route_col_de_la_madeleine-0.jpg

Alors que sur la D902, le col est juste marqué par un simple panneau...

Photo: Bastien Laurent

fichier 20141004_1558_d902_route-0.jpg

Le passage du petit col de la Madeleine annonce l'arrivée sur le plateau de Bessans, là où il fait si froid en hiver...

fichier 20141004_1628_003d902_route_bonneval_sur_arc_eglise-0.jpg

A Bonneval sur Arc, c'est le fond de la vallée et pour sortir d'ici, le col de l'Iseran est le seul échappatoire! Avec Michel, venu de Mayenne, nous prenons un coca cola au seul bistrot ouvert...

fichier 20141004_1646_d902_route_debut_montee_panneau_col_iseran_ouvert-0.jpg

Dès la sortie de Bonneval, les trois premiers kilomètres sont terribles...

fichier 20141004_1650_d902_route-0.jpg

Couleurs d'automne dans la montée de l'Iseran...

fichier 20141004_1707_d902_route_sylvie_laverdure-0.jpg

Sylvie me dépasse...


Cette élévation après Bonneval permet de découvrir tout d'un coup la plaine de Bessans...


image 20141004_1615_001d902_route_apres_bonneval_sur_arc-g.jpg

fichier 20141004_1713_002d902_route_vue_bonneval_sur_arc-0.jpg

Bonneval sur Arc, vu d'en haut...


Au moment du replat, Bertrand me demande s'il y aura d'autres accalmies comme celle-ci. Ne sachant pas ce qui peut être considéré comme dur ou comme facile, je préfère répondre évasivement... Il n'y a plus de repères, la DDE a enlevé, pendant la période hivernale, les bornes annonçant le nombre de kilomètres restants jusqu'au sommet...

fichier 20141004_1717_004d902_route-0.jpg

Le replat est agréable...

fichier 20141004_1719_002d902_route_compteur-0.jpg

...et monter l'Iseran à 21km/h, c'est possible!

fichier 20141004_1750_d902_route-0.jpg

Mais ici, ça monte un peu plus...

fichier 20141004_1759_003d902_route_vue_tunnel_de_iseran-0.jpg

Le tunnel de l'Iseran en point de mire...

fichier 20141004_1803_002d902_route_tunnel_iseran-0.jpg

Tunnel de l'Iseran !


Au fur et à mesure de l'avancée dans la montée, je remarque une baisse progressive de la température. J'avoue être surpris par cette baisse qui est très régulière. Voyant que les prévisions de rencontrer trois degrés là-haut est plausible, je décide de marquer un arrêt contre la corniche, entre le tunnel de l'Iseran et le pont de la Neige (à l'abri du vent de nord) pour m'habiller. Ainsi je serais prêt pour la descente de 50 kilomètres et je minimiserai le temps d'arrêt au sommet... Je sors le goretex, le met sur ma sacoche de guidon, remet mes genouillères...

fichier 20141004_1814_d902_route_patrick_moindrault-0.jpg

Je reprends la montée avec Patrick qui m'a remonté... Bras nus et cuissard court ? C'est l'été!

fichier 20141004_1816_002d902_route_apres_pont_de_la_neige-0.jpg

Les deux kilomètres sont encore bien raides...

fichier 20141004_1851_002d902_route_col_iseran_patrick_moindrault_cyril_botalla-costa_bertrand_affres_sylvie_laverdure_marc_ksavrelof-0.jpg

Nous retrouvons les amis, Patrick, Cyril, Bertrand, Sylvie et Marc, blottis contre l'entrée du magasin. Chacun s'habille, il fait froid avec ces quatre degrés...

fichier 20141004_1851_004d902_route_col_iseran-0.jpg

Quand nous repartons du col de l'Iseran, il n'y a plus grand monde...


Nous filons les uns derrière les autres vers Val d'Isère, sur cette route goudronnée qui est une piste rouge en hiver... Ça file, ça descend. Abrités du vent, deux motards sont en train de pique-niquer dans un abri-bus (?) en bois... Une première victoire est marquée quand j'arrive à Val d'Isère: il fait 8 degrés... Les tunnels sont mal éclairés et la nuit commence à tomber. Au niveau de Tignes, la route est trempée. La descente est délicate, le revêtement moyen.

Pendant ce temps, d'autres participants viennent de quitter Bonneval sur Arc! Ils n'ont pas eu la chance de voir l'Iseran de jour et pour eux, la fatigue vient de les rejoindre. Je cite ici, ce que dit, Janis, une jeune participante de 24 ans et qui est très réaliste de ce qu'on peut vivre sur le Paris-Brest-Paris...

Lisez-bien, Janis va rester avec ce participant...

image impression_janis-g.jpg

fichier 20141004_2043_bastien_laurent_col_iseran-0.jpg

Souvenir du col de l'Iseran en pleine nuit pour certains randonneurs...


Revenons dans la descente et à Seez, il fait chaud avec les 14 degrés relevés sur le compteur! A Bourg Saint Maurice, on va dire que c'est l'été avec 16 degrés et je retrouve une bonne partie des randonneurs (Christophe, Sylvie, Bertrand, Marc...) attablés en terrasse au Mac Donald!

fichier 20141004_2050_d1090_route_bourg_saint_maurice-0.jpg

Ils n'ont pas eu le choix, le restaurant est en réfection, le drive est le seul moyen de diner ici. L'avantage de manger dehors est qu'il y fait quand même frais et cela nous incite à ne pas trainer...

Sylvie et Bertrand ont presque fini et repartent avant moi avec Christophe. Je vois Bernard passer, puis un autre randonneur, tout à l'air de bien se passer... Chacun déroule sa feuille de route à sa manière...


Je repars seul vers Moutiers sur cette route à la circulation faible. Il commence à pleuvoir. J'attends le tunnel du Siaix pour m'habiller et ne pas tremper mes habits. J'arrive à Moutiers sous une pluie battante. Je traverse la ville, largement aidé par les précédents repérages, et au moment de prendre la route des tracteurs vers Aigueblanche, un cyclo surgit avec sa frontale! C'est Alain! Il a perdu un groupe qui est soit devant soit derrière. Complétement trempés, nous allons rallier Albertville ensemble...

Nous roulons à bon train. Il faut dire que je viens d'être piqué par le virus du rattrape-tout! Il me semble effectivement voir devant une lumière rouge qui clignote mais que je n'arrive pas à rattraper. Finalement, elle ne sera peut-être qu'une hallucination ou qu'un désir de ne plus rouler seuls car nous ne parvenons pas à la rattraper...

fichier 20141005_0051_d925_route_de_nuit-0.jpg

Il ne pleut presque plus quand nous arrivons à Grignon. Sous un éclairage public, je quitte mes vêtements de pluie et je remets mes chaussettes. Nous reprenons la route et plus nous roulons, plus je suis étonné de voir Alain parler. Nous passons Aiton, mais à Bourgneuf, je dois m’arrêter pour me reposer, je baille à me décrocher la mâchoire, j'ai sommeil...

fichier 20141005_0052_d925_route_la_lune-0.jpg

C'est ici que la galère va commencer avec une nuit qui ne vas pas finir, des arrêts inutiles et à répétition. J'ai dit à Alain de filer et tant bien que mal je continue. Je retrouve Yann à Détrier qui n'est pas plus vaillant que moi. Direction le Crédit Agricole de Pontcharra pour y faire un somme, mais la porte est fermée. Yann, presque de mort de fatigue s'allonge sur le pas de la porte et je m'assois contre le mur, la tête entre les mains. Je ne sais pas si nous aurons assez de force pour aller au dernier contrôle ensemble, à quatre kilomètres, je signe alors sa carte...

fichier 20141005_0208_d925_route_la_lune-0.jpg

Mes souvenirs sont ensuite bien vagues: Avons nous roulé ensemble ? Où nous sommes nous séparés ? Mais en tout cas, nous n'étions pas ensemble quand je suis entré chez le boulanger de Crolles pour lui demander un café!

- Mais vous faites du vélo la nuit ? Moi aussi, j'ai fait du vélo quand j'étais jeune, j'allais à la Mure, et ça roulait bien

Je n'ai pas répondu, mais là, je ne roule plus, je suis fatigué! Ce café, ne m'a même pas réveillé! A Saint Ismier, j'étais encore en train de marcher à côté du vélo pour essayer de me changer les idées !

fichier 20141005_0613_d1090_route_arrivee_grenoble-0.jpg

J'ai peu de souvenirs de la traversée de Grenoble, mais en ouvrant la boite aux lettres, j'ai vu que tout le monde était bien arrivé (ou presque)...


J'ai eu mal aux yeux en allumant la lumière de l'appartement. Une fois le vélo posé, je me suis endormi, rejoint par cette fatigue que je n'arrive pas à maitriser... Je suis descendu pour prendre les dernières cartes, les compter, prendre en compte les abandons et que personne ne manquait!

Ouf!

J'ai bien dormi! Quelques heures plus tard, je suis allé à l’hôtel Victoria pour donner les médailles commandées aux randonneurs. Le gérant m'a annoncé que ses clients étaient bien arrivés et que.. j'avais l'air fatigué!

L'après-midi, j'ai fait une sieste de cinq heures, plus une nuit de neuf heures par derrière. Faites du cyclotourisme, c'est bon pour vous régaler de paysages et pour dormir... Les homologations ont ensuite mis du temps à cause de congés du club homologuateur et de l'organisateur qui a -bien entendu- continuer à rouler sur des distances plus courtes...

Je n'avais pas prévu initialement de programmer ce brevet l'an prochain! Mais à la demande de certains randonneurs et voyant que le parcours initial par le col du Galibier n'avait pas pu avoir lieu cette année, j'ai proposé de le rajouter au calendrier, le second weekend d'Octobre 2015... J'espère vous y retrouver...



Autres ressources sur ce BRM:

  1. Le récit d'Aymeric

  2. Le récit de Janis

  3. Le récit de Bastien

  4. Le récit de Pascal (lien à réparer après confirmation...)

  5. Le récit de Laurent



fichier go_toppage.png

    N'oublions pas nos amis...

logo Eric Vincent

À la mémoire d'Éric Vincent: En tant que participant à ce brevet et ami du Cyclo Club de Gap, je me permets de vous informer du terrible accident qui est survenu samedi 04 Juin 2011 au soir et qui a couté la vie à Éric Vincent, engagé comme nous tous sur ce brevet et renversé par un chauffard ivre. Lire:
Lundi 06 Juin 2011: Article de La Provence et celui du Dauphiné Libéré.
Mardi 07 Juin 2011: Article de La Provence et celui du Dauphiné Libéré.
Mercredi 08 Juin 2011: Article du Dauphiné Libéré.
Jeudi 09 Juin 2011: Article de La Provence, celui du Dauphiné Libéré et ce flash.
Vendredi 10 Juin 2011: Les obsèques d'Éric ont été célébrés à Gap avec beaucoup d'émotions.
Éric avait 47 ans, marié, trois enfants et habitué des BRM de Gap. Le matin, j'ai remarqué sa veste réfléchissante rouge, très visible et qui dénote des habituelles vestes jaunes. J'ai pris la photo ci-contre alors que nous roulions ensemble avant Sauzet avant de poursuivre notre brevet à notre rythme... J'assure la famille de mon soutien moral...


logo Cyril Thimonnier

À la mémoire de Cyril Thimonnier: J'ai appris, pendant le BRM de 600k de Chartres (28), le terrible accident qui a couté la vie à Cyril Thimonnier. Cyril tentait le dernier Brevet qualificatif pour PBP 2011 quand il a été heurté par l'arrière en pleine ligne droite par un automobiliste qui a pris la fuite. L'accident s'est passé juste avant Puiseaux (lieu de contrôle). Lire:
Lundi 13 Juin 2011: Article du Parisien.

La photo ci-contre montre Cyril Thimonnier sur le chemin du retour de PBP 2007 au contrôle de Villaines La Juhel (Crédit photo: Denis Transon). Cyril avait 39 ans et il était père de deux jeunes enfants. J'assure cette nouvelle famille de mon soutien moral...

 

Avertissement

 

Les personnes photographiées sur cette page, acceptent tacitement de figurer sur les pages de mon site internet. Je m'engage à vérifier que les clichés et les annotations ne concernent que le cyclotourisme à l'exclusion de tout autre commentaire. Cependant, pour préserver les libertés individuelles de chacun, chaque personne bénéficie d'un droit de retrait dont elle peut faire usage, n'importe quand, en suivant ce lien