Nombre de visites sur cette page

chiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpg

logo 21_20090806_1706_d926_route_alpage_du_plan_du_suel_panneau_r0.png

Jeudi 04 Octobre 2018
Compte Rendu du BRM de 400 kilomètres
Des paysages d'exception aux Sources de l'Isère







Le beau temps de la fin de l'été a fait grandir la liste des inscriptions, chaque jour apportant de plus en plus de courrier dans la boite aux lettres et j'ai été surpris, mais heureux, de voir passer la barre de la cinquantaine d'inscrits pour ce brevet quelque peu difficile... Les autres années, ce brevet a été annulé à cause de la météo, ou a regroupé une petite dizaine de personnes. A chaque fois, que ce soit pendant le repérage ou la vraie epreuve, je l'ai fini tout juste dans les délais... Aujourdh'ui, porté par cette cinquantaine de participants, j'espère faire mieux... C'est parti... Le temps du week end précédent a tout failli faire basculer! Alors qu'il faisait beau samedi (un participant m'a même avoué avoir fait un 200 pour s'entrainer), le dimanche a été maussade avec une limite plus neige à 1500 mètres. La sanction a été immédiate: Galibier et Iseran fermés le Lundi! Ensuite, ce fut difficile d'avoir des informations sur la réouverture, le site des hautes alpes annoncant que le haut du Galibier était fermé mais le tunnel ouvert, qu'il serait ouvert pour le vendredi afin de ne pas perturber le tourisme du week-end. Coté Savoie, c'était clair, l'Iseran était fermé! Finalement, à force de surfer sur les sites autorisés afin de trouver la meilleure information, mardi soir, c'était clair, tous les cols étaient au vert, ouverts! Ouf! Il allait donc faire beau... Une belle journée d'automne après l'équinoxe du même nom avec une certitude, des nuits plus longues que les jours... Côté ensoleillement, les rayons du soleil étaient rasants, mettant bien en évidence les reliefs des montagnes, mais n'éclarant plus des portions entières de route. Celles-ci restant à l'ombre, elles pouvaient rester humides, voire ne pas dégivrer, comme c'est le cas dans le Défilé du Maupas... J'ai bonne confiance pour l'Iseran, mais dans le haut du Galibier, ça risque d'être chaud patate! Comme le tunnel est interdit aux vélos, j'ai souhaité à ce que tous les participants passent en haut, au plus haut de ce toit des alpes, pour en profiter. Contrôle secret improvisé, chacun devant se prendre en photo là-haut et m'envoyer la photo. Sans photo, le brevet ne sera pas homologué... Je peux dire que si j'ai voulu des photos, j'en ai reçues...



image 20181004_0400_pc_route_grenoble_depart_samuel_wyss_anne-laure_fontaine_lucas_rubinstein_marcel_gaillard_cg-g.jpg
fichier 20181004_0410_002pc_route_groupe_depart_grenoble-0.jpg

Quelques minutes avant le départ, tout le monde est prêt...


L'autre incertitude vient de la simple piste cyclable, la simple voie verte le long du Drac où l'on a eu la bonne idée de vouloir y enfouir une liste haute tension! Sanction immédiate, décrétée fermée du 17/09 au 26/10, les cyclistes devant se débrouiller autrement. Je suis intervenu (avec d'autres collègues) auprès de l'ADTC pour faire appliquer l'article 7 du reglement affiché, stipulant que les vélos devaient pouvoir passer s'il n'y avait pas d'engins sur le chantier... En y passant quotidiennement pour aller au travail, j'ai pu compter le nombre de gravillons stockés par jour, une misère... L'espoir était bon pour y passer le matin du brevet, le parcours par le centre ville étant accidentogène et surtout risque de perdre des participants à tous les nombreux carrefours... Mais deux jours avant le brevet, ce sont des montagnes de cailloux et de terre qui se sont accumulés... Le passage était difficile, mais possible, à condition que les cyclistes passent par des trous de souris.

fichier 20181004_0427_pc_route_passerelle_rondeau_arret_travaux-0.jpg

J'ai nommé deux serres-files et j'ai mené le groupe. Nous sommes tous passés à pied, s'arrêtant après le chantier et nous sommes repartis une fois que les indications des serres-files m'ont dit qu'ils étaient passés. Merci Gilles et Marcel pour votre aide!


La suite de l'histoire raconte que certains ont trouvé que c'est parti trop... lentement et que d'autres ont trouvé que c'est parti trop... vite! Entre Echirolles et le giratoire de Champagnier, j'ai voulu contenir le groupe entre les feux tricolores, les morceaux de piste pour éviter le giratoire de l'autoroute... A Champagnier, quand j'ai vu Vizille fléché à sept kilomètres, j'ai fait signe de me dépasser. Le ton était donné, les plus forts sont partis... Impossible de les suivre... Dans la vallée de la Romanche, à Gavet, j'étais seul, pensant que j'étais encore... le dernier, après avoir été dépassé par autant de monde...

A Bourg d'Oisans, je ne m'arrête pas! Je ne suis pas en repérage, pas de petit déjeuner, j'attendrai La Grave... Là, finalement, premier arrêt! Un participant a mal, son genou est douloureux. Il est parti trop vite en voulant suivre un groupe. Le genou n'a pas suivi, il va rentrer en bus à Grenoble. Dommage... Dans la longue ligne droite jusqu'au Clapiers d'Auris je m'interroge sur ces épreuves de cyclotourisme, animées par des clubs FFCT, où l'on part comme des bombes. Je n'ai rien à dire, au départ du PBP 2015, dans les groupes, on roulait à 38km/h... Mais pour combien de temps? Là, avec le programme, je compte sur la dénivelée, sur les trois premiers et trois derniers kilomètres de l'Iseran pour calmer les vitesses... Et si nous profitions un peu du paysage?

Il va justement s'inviter à être regardé! Des choucards à bec jaune dans le Galibier aux Martinets encore présents de Aussois à Bonneval, c'était beau de voir l'été se prolonger...

fichier 20181004_0718_d1091_route_barrage_chambon-0.jpg

J'ai vu le jour se lever au barrage du Chambon. Avec la fraicheur qui tombait, j'ai apprécié trouver un peu de chaleur dans les tunnels.


fichier 20181004_075822_brm_arrivee_grenoble_pieton_resized-0.jpg

Retour furtif à Grenoble où le jour s'est aussi levé! La boite aux lettres se prépare à une longue journée pour attendre les randonneurs... En attendant, elle compte les piétons qui passent devant elle...


À la Grave, le restaurant où je prends habituellement mon petit déjeuner en regardant la Meije est fermé. L'autre hotel garde jalousement ses capsules de café pour ses clients et les gens de passage sont obligés d'aller dans le seul bistrot d'ouvert...

fichier 20181004_0828_d1091_route_la_grave_cafe_pain_chocolat-0.jpg

La gérante n'en revient pas de voir autant de cyclistes qui prennent des cafés avec une viennoiserie... Elle annonce à un client habitué qu'ils disent être partis de Grenoble à 4h00 et qu'ils font faire le Galibier et l'Iseran... J'écoute son ton moqueur, parfois cynique, sans annoncer que je suis l'organisateur. Pendant ce temps, Marc et Philippe sont partis...

fichier 20181004_0900_d1091_route_la_grave_ravitaillement_janis_devillers_rodolphe_piascuto_christophe_chauveton_anne-laure_fontaine-0.jpg

Nous voici avec Janis, Anne-Laure, Rodolphe et Christophe, réunis autour de thés et de cafés...


J'ai vu un autre Christophe passer, me faisant penser qu'il me fallait y aller. J'ai rendez vous avec le Lautaret et les paysages aux couleurs rouilles, sous le soleil...

fichier 20181004_0906_001d1091_route_vue_la_meije-0.jpg

En quittant la Grave, une dernière vue sur la Meije...

fichier 20181004_0906_003d1091_route_soleil_devant-0.jpg

Après Villar d'Arene, le trafic diminue de plus en plus, il fait beau, de moins en moins frais, je quitte ma tenue d'hiver...

fichier 20181004_0935_d1091_route-0.jpg

En montant au Col du Lautaret...

fichier 20181004_0958_001d1091_route_col_lautaret-0.jpg

Passage sans arrêt au col du Lautaret...

fichier 20181004_0958_100d902_route_panneau_col_galibier_ouvert-0.jpg

C'est parti pour le Galibier. J'aime bien ce panneau OUVERT...

fichier 20181004_1004_003d902_route_dde_plante_batons-0.jpg

Dans la montée du Galibier, en regardant au dessus de moi, je vois des vélos monter, à droite, à gauche... Il y a aussi une équipe de la DDE, chargée de planter des branches d'arbres précoupées. A grands coups de baramines, elles sont enfoncées sur le bas côté de la route, pour faire le balisage pour les chasses neige... C'est plus économique que des piquets en plastique. A noter que dans les cols passés ce jour, les bornes en plastique annonçant le pourcentage de la montée pour chaque kilomètre ont été enlevées...

fichier 20181004_1021_d902_route-0.jpg

Dans la montée au Galibier...

fichier 20181004_1056_001d902_route_monument_henri_desgranges-0.jpg

Passage au monument Henri Desgranges...

fichier 20181004_1056_003d902_route_tunnel_col_du_galibier_panneau-0.jpg

Le tunnel du Galibier est interdit aux vélos...

fichier 20181004_1057_001d902_route_panneau-0.jpg

...mais la route à droite est ouverte!

fichier 20181004_1101_002d902_route_virages-0.jpg

De beaux virages...




Une belle contribution photo de Christohe Grandjanin, venu de Mulhouse, qui s'attarde sur la montée en prennant en photo un participant en vélo couché...


image 20181004_1106_d902_route_montee_galibier_christophe_rivier_cg-g.jpg



Ainsi qu'une vue plus globale où l'on devine deux autres participants... Merci Christophe...



image 20181004_1107_d902_route_montee_galibier_cyclos_cg-g.jpg
fichier 20181004_1105_d902_route_col_du_galibier_olivier_girerd-0.jpg

J'arrive au sommet du Galibier avec Olivier...

fichier 20181004_1113_d902_route_col_du_galibier_bernard_ducros-0.jpg

...et Bernard. Il n'y a pas de vent, l'atmosphère est limpide, le temps passe...




Christophe contribue encore en nous offrant une belle vue sur la descente du Galibier...


image 20181004_1152_d902_route_panorama_sommet_galibier_cg-g.jpg



Je file dans la descente en prenant garde à la route encore largement humide. Il reste de la neige sur les bas côtés. Mais après avoir rejoint l'autre côté du tunnel, la route est sèche, promettant une belle descente... Par rapport aux moments du repérage, il n'y a personne! J'ai l'impression d'être seul dans cette immense montagne, allant là où la route me mène... Pendant ces premiers kilomètres de descente, nous sommes passés en descente au Collet de Plan Nicolas... Le voici sur la carte, à 2406 mètres, dans le virage à droite... L'avez-vous vu ?


image 20181004_1150_situation_collet_plan_nicolas-g.jpg
fichier 20181004_1218_001d902_route_col_du_telegraphe_panneau-0.jpg

les Granges, la dégringolade sur Plan Lachat, Bonnenuit, Valloire sont autant d'endroit où il faut profiter de ces paysages... Je retrouve Bernard dans la petite montée du Télégraphe...

fichier 20181004_1218_002d902_route_col_du_telegraphe-0.jpg

Je ne saurai jamais si c'est un participant du brevet qui a oublié sa gourde au Télégraphe! Je continue la descente... Il fait de plus en plus chaud, mais glacial par rapport au jour du repérage où j'avais tout descendu en petit maillot...

fichier 20181004_1302_d1006_route_saint_michel_de_maurienne_panini-0.jpg

La boulangerie de Saint Michel de Maurienne est fermée, je trouverai le repas dans un kebab avec deux paninis au poulet et un thé chaud...

fichier 20181004_1326_002d1006_route_olivier_girerd-0.jpg

Je reprends la route vers Modane en doublant Olivier. Il vient de faire une sieste dans la descente du Télégraphe...

fichier 20181004_1406_001d1006_route_modane_panneau-0.jpg

Arrivée à Modane sous un grand soleil...


Devant la gare, je suis salué par Jean-Michel. Il déclare abandonner! Il va prendre le train en raison des nouveaux ajustements qu'il a fait sur son vélo. J'essaye de le remotiver, mais sa décision semble irrévocable. La boulangerie vient de fermer et je trouverai le dessert chez Biocoop, dans leur salon de restauration en compagnie justement de Jean-Michel et d'Olivier... J'ai eu le plaisir de gouter à un biscuit très léger, sans gluten, avec de la purée de noix de cajou et de la banane. Autour d'un jus de fruit, la pause est rapide avant de...

fichier 20181004_1437_d215_route_modane_panneau_fin-0.jpg

...reprendre la route d'Aussois...


ans la montée, chauffée à blanc, je croise Lucas qui fait demi tour. Il va rentrer en prenant le train à Modane. Il me rend la médaille, qui rejoint la feuille de route des retardataires non partis ce matin et qui vont peut-être me remonter... En montant à Aussois, je découvre un vent frais, inhabituel qui va m'accompagner...

fichier 20181004_1456_d215_route_christophe_grandjanin_aiguille_scolette-0.jpg

J'avance et je rejoints Christophe, venu d'Alsace, au pied de l'aiguille de Scolette...

fichier 20181004_1519_002d215_route_aussois_panneau-0.jpg

J'arrive à Aussois avec un peu de retard sur l'horaire de fermeture du controle... Je ne m'inquiète pas et je poursuis ma route...

fichier 20181004_1540_d83_route_croix_apres_monolithe-0.jpg

Passage à la Croix de Sardières pour une belle descente...

fichier 20181004_1621_001d1006_route_vue_termignon-0.jpg

Après Termignon, une belle montée pour rejoindre Lanslebourg...

fichier 20181004_1657_002d1006_route_lanslevillard_panneau-0.jpg

Le vent frais a cessé à Lans le Villard.

fichier 20181004_1706_d1006_route-0.jpg

Les lacets de Lans le Villard sont toujours aussi difficiles et le téléphone m'annonce encore deux abandons...

fichier 20181004_1723_001d1006_route_col_de_la_madeleine-0.jpg

J'arrive seul au Col de la Madeleinen le vrai, pas celui sur la D1006 avec le panneau déplacé!

fichier 20181004_1723_003d1006_route_col_de_la_madeleine_vue_bessans-0.jpg

Du Col de la Madeleine, une belle vue permet de découvrir Bessans et l'Ouille Allegra...


Je fonce avec le vent qui s'engouffre dans le coupe vent. A Bessans, arrêt rapide dans un bistrot pour une ultime part de tarte et un thé chaud avant de monter l'Iseran. Il est déjà tard mais il fait encore jour...

fichier 20181004_1753_001d902_route_bessans_panneau-0.jpg

À Bessans, c'est par ici! Comme en hiver d'ailleurs...

fichier 20181004_1801_d902_route-0.jpg

Je file, mais les kilomètres se comptent encore pour arriver au bout de la vallée, à Bonneval.

fichier 20181004_1817_001d902_route_bonneval_sur_arc-0.jpg

À 18h30, il fait encore jour, mais pour combien de temps. Je suis rejoint par Olivier, nous entamons la montée ensemble...

fichier 20181004_1826_001d902_route-0.jpg

...dans l'ombre...


Pendant les trois premiers kilomètres, il fait chaud! Il faut avouer que la pente est raide et en moulinant, je transpire...

fichier 20181004_1918_d902_route_panneau-0.jpg

Mais ensuite, la température baisse alors que j'entre dans les premiers paturages avec un replat bien agréable...

fichier 20181004_1923_d902_route-0.jpg

La nuit arrive, pour preuve, les groupes électrogènes marchent à fond pour éclairer les trayeuses des vaches encore présentes ici, à 2200 mètres d'altitude...


J'ai froid, de plus en plud froid. Je m'arrête au Pont de l'Oulietta pour m'habiller avec le sous vêtement d'hiver, la veste ouverte, le goretex sur la sacoche avant et les mouffles d'hiver. Je crains d'avoir l'onglée au col de d'avoir du mal à manipuler ma sacoche arrière...

fichier 20181004_1948_d902_route-0.jpg

Bon sang, il me reste encore 500 mètres à grimper, l'équivalent de Montaud avec la nuit qui tombe...

fichier 20181004_1949_002d902_route_tunnel_de_iseran_voiture-0.jpg

En arrivant au tunnel de l'Iseran, je fais une pause au moment d'être dépassé par une automobile. En contrebas, je vois une lumière blanche qui semble immobile... Il est bientôt 20h00...


Mon éclairage avant m'indique une forme sur le bas côté droit, c'est le petit parapet du pont de la Neige... Il y a le même à gauche et je ressens le replat... Mais soudain, l'effort devient soutenu dans mes deux cuisses. Je dois aborder les deux derniers kilomètres. En pédalant, parfois assis et parfois en danseuse, j'attends le virage à gauche... Je ne sais pas où j'en suis, il fait noir et les bornes kilomètriques ont été enlevées... Pas toutes! Il en reste une, là, à droite, mais elle est complétement effacée...

Le virage providentiel fini par arriver, mais après avoir tourné à gauche, la pente continue... Puis à droite et enfin à gauche. Je pense bientot arriver si mes souvenirs sont bons. Je vois dans ma tête les images du repérage, avec le vide à gauche et le mure de neige à droite... Ça doit être par ici?

La pente diminue, les jambes tournent mieux, c'est même plat... Je ne vois pas l'arrivée mais je la ressens agréablement dans les jambes...

fichier 20181004_2032_d902_route_col_iseran_velo_jpb-0.jpg

Sur la gauche, une grosse ombre apparait, confirmant l'arrivée au Col! C'est le panneau du Col de l'Iseran. Ouf, j'y suis, il est un peu plus de 20h00 avec 4 minuscules degrés au compteur. La photo est prise rapidement, j'enfile le goretex et je plonge là où la route va me mener...



Pour suivre le route, je reste guidé par la signalisation horizontale. Déjà que je n'aime pas les descentes et qu'en plein jour, je ne vais pas vite, là, je suis tétanisé sur les freins... Il est très beau de voir Val d'Isère illuminé, vue d'en haut, telle une vue d'avion... J'arrive enfin au Pont Saint Charles où je devine que l'essentiel de la descente est faite. Je suis prudent, la route est remplie de nids de poule. En arrivant à Val d'Isère, elle n'est même plus goudronnée, le temps d'une déviation. Je la passe à pied, histoire de me délasser...

Après Val d'Isère, je retrouve la remontée qui annonce le passage dans les tunnels. Je suis ébloui par leurs lumières et la descente n'en finie pas. Les kilomètres affichés pour rejoindre Bourg Saint Maurice déclinent petit à petit: 25, 12, 9 et 2 à la sortie de Seez...

fichier 20181004_2245_d1090_route_bourg_saint_maurice_mac_donald-0.jpg

Il n'y a plus grand monde quand j'arrive au restaurant repide de Bourg Saint Maurice. Les frites sont bonnes, j'apprécie le gout salé avant de reprendre la route...


Pendant ce temps, à Grenoble, les premiers sont déjà arrivés! La boite aux lettres est surveillée par le gardien de l'entreprise d'énergie...


image 20181004_230348_brm_arrivee_grenoble_gardien_securite-g.jpg

En repartant de Bourg Saint Maurice, il n'y a plus grand monde sur la D1090... Pendant ce temps, les arrivées se succèdent cent quarante kilomètres plus loin...


image 20181005_001302_brm_arrivee_grenoble_nicolas_even_olivier_chapuis_emmanuel_duminy_emeric_fleurot-g.jpg
fichier 20181005_0042_d1090_route_moutiers_panneau-0.jpg

J'arrive alors à Moutiers. Je fatigue... La gare est fermée et je trouve quelques instants de repos dans un abri chauffé... Ces instants de repos vont se transformer en une bonne heure et demie de sieste improvisée...



En repartant de Moutiers, si je suis bien réveillé, je vois néanmoins que le délai s'est raccourci et qu'il me reste peu de temps pour rejoindre Grenoble avant 7h00. A Albertville, la fatigue revient et dans la ville en travaux, je trouve à nouveau refuge dans un local chauffé, quasiment identique à celui de Moutiers... J'en sors vers 6h00... Devant la gare, là où je décide d'abandonner, je retrouve Christophe...

Nous allons acheter nos billets ensemble, avant d'entamer une belle session de discussion où ni l'un ni l'autre nous n'avons plus sommeil! C'est finalement sympathique d'abandonner ensemble et d'échanger sur notre passion commune... Le jour se lève quand nous arrivons à Grenoble... L'abandon a finalement laissé place à une nouvelle envie et après avoir étudié mes temps d'arret, les avoir raccourcis ou supprimés, je me suis démontré qu'il était possible de passer l'Iseran de jour. Même pour cette seconde tentative, le retour sur Grenoble a été monotone...






Les homologations sont maintenant terminées. Voici quelques retours de participants pour terminer ce voyage rapide en montagne:

  1. Le compte rendu de Gilles

  2. Le compte rendu rapide d'Olivier qui montre que tout ne s'est pas bien passé:

    image 20181004_2300_impressions_om-g.jpg

  3. Le compte rendu de Marcel





Je vous donne rendez-vous pour les prochaines éditions car des participants interessés ont regrettés de ne pas pouvoir venir... Je le reprogrammerai et vous serez les bienvenu(e)s si vous le voulez bien...



fichier go_toppage.png

    N'oublions pas nos amis...

logo Eric Vincent

À la mémoire d'Éric Vincent: En tant que participant à ce brevet et ami du Cyclo Club de Gap, je me permets de vous informer du terrible accident qui est survenu samedi 04 Juin 2011 au soir et qui a couté la vie à Éric Vincent, engagé comme nous tous sur ce brevet et renversé par un chauffard ivre. Lire:
Lundi 06 Juin 2011: Article de La Provence et celui du Dauphiné Libéré.
Mardi 07 Juin 2011: Article de La Provence et celui du Dauphiné Libéré.
Mercredi 08 Juin 2011: Article du Dauphiné Libéré.
Jeudi 09 Juin 2011: Article de La Provence, celui du Dauphiné Libéré et ce flash.
Vendredi 10 Juin 2011: Les obsèques d'Éric ont été célébrés à Gap avec beaucoup d'émotions.
Éric avait 47 ans, marié, trois enfants et habitué des BRM de Gap. Le matin, j'ai remarqué sa veste réfléchissante rouge, très visible et qui dénote des habituelles vestes jaunes. J'ai pris la photo ci-contre alors que nous roulions ensemble avant Sauzet avant de poursuivre notre brevet à notre rythme... J'assure la famille de mon soutien moral...


logo Cyril Thimonnier

À la mémoire de Cyril Thimonnier: J'ai appris, pendant le BRM de 600k de Chartres (28), le terrible accident qui a couté la vie à Cyril Thimonnier. Cyril tentait le dernier Brevet qualificatif pour PBP 2011 quand il a été heurté par l'arrière en pleine ligne droite par un automobiliste qui a pris la fuite. L'accident s'est passé juste avant Puiseaux (lieu de contrôle). Lire:
Lundi 13 Juin 2011: Article du Parisien.

La photo ci-contre montre Cyril Thimonnier sur le chemin du retour de PBP 2007 au contrôle de Villaines La Juhel (Crédit photo: Denis Transon). Cyril avait 39 ans et il était père de deux jeunes enfants. J'assure cette nouvelle famille de mon soutien moral...

 

Avertissement

 

Les personnes photographiées sur cette page, acceptent tacitement de figurer sur les pages de mon site internet. Je m'engage à vérifier que les clichés et les annotations ne concernent que le cyclotourisme à l'exclusion de tout autre commentaire. Cependant, pour préserver les libertés individuelles de chacun, chaque personne bénéficie d'un droit de retrait dont elle peut faire usage, n'importe quand, en suivant ce lien