Nombre de visites sur cette page

chiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpgchiffre jpg

logo 20_20090806_1627_001d927_route_alpage_de_sous_le_col_panneau_r0.png

Samedi 11 Septembre 2010
Tentative du 1000 du Sud ou
un retour en aller simple de Toulon à Grenoble





J'ai découvert ce projet de 1000 kilomètres dans le sud de la France à l'occasion de la Super Randonnée de Haute Provence. En rentrant, j'ai croisé Sophie Matter sur la route, dans les derniers kilomètres du Col du Lautaret qui repérait cette possible première édition.
Pendant un an, les sujets sur les forums se sont déchainés et j'ai voulu le tenter. N'étant pas certain de mon emploi du temps au mois de septembre, je suis néanmoins arrivé au départ avec une bonne connaissance du parcours et une feuille de route plutôt pessimiste. Avec un délai de 75 heures, ce BRM montagneux s'apparente à la plus courte des Diagonales (78 heures) mais avec 3 heures de moins. D'autre part, connaissant mes limites et sachant que le sommeil me guette sous la barre des 350 kilomètres, il était illusoire pour moi de me lancer dans une étape marathon de 600 kilomètres sans dormir. J'ai donc découpé ce BRM en trois étapes:

Sur le papier, cela parait simple. Deux belles étapes et une dernière qui s'apparente à une Flèche Vélocio avec une dernière nuit sur le vélo. Il ne faut pas perdre de temps. Pour ces raisons, je vais limiter les temps d'arrêt, c'est ma première résolution. Les deux hôtels à réservation automatiques sont réservés, confirmés par carte bancaire. Comme en Diagonale, cela me permet de jalonner mes étapes et de leur donner un but. Quatre sandwiches en poche, quelques barres sucrées dans le haut de la sacoche avant: tout cela devrait me permettre de supprimer les deux premiers arrêts que je suis tenté de faire tous les quarante kilomètres ou toutes les deux heures. Je pars plutôt confiant, avec un pneu arrière neuf, de nouveaux patins de freins et finalement sans obligation de résultat: Si je réussis, c'est bien, mais si je ne réussis pas, j'aurai fait un beau voyage! J'ajoute que pendant l'étude du parcours, j'ai été tenté de modifier le parcours pour passer les cols de Vars et d'Allos. Ce chemin me rajoute juste 400 mètres d'élévation et supprime 31 kilomètres. Entre deux points de contrôle, avaler cette dénivelée en deux fois me parait peut être moins traumatisante plutôt que de rouler sur des routes à grande circulation et de surcroit, plutôt casses pattes. Je garde ce projet dans ma tête, avec l'idée de voir la grande Séolane en fin de saison, que j'avais vu en début de saison quand j'avais été voir l'ouverture du col de la Cayolle. Mais y arriverais-je ?

Je suis arrivé sur place la veille, voyageant en train TER de Grenoble à Toulon pour ne pas avoir de problèmes avec mon vélo. Sur place, cette petite fête du vélo commençait dès le vendredi après-midi: Sophie Matter nous avait réunis dans un hôtel à réservation automatique afin de faire connaissance...

fichier 20100910_1726_d67_route_la_garde_kyriad_xavier_mondo_sophie_matter-0.jpg

...et de nous offrir un cadeau: un tee-shirt aux couleurs de son parcours. Il est à signaler que si Sophie est membre de l'ACP, elle innove en proposant aux participants un tee-shirt qu'elle a sorti de ses deniers personnels. Merci Sophie pour cette belle initiative, car depuis le temps que je me balade de BRM en BRM, c'est la première fois que je vois cela et je vais trimbaler un tee shirt dans mes sacoches...
Voici justement Sophie à droite avec Xavier Mondon, rencontré lors du 600k de Gap en Juin 2010...

fichier 20100910_1849_002d67_route_la_garde_kyriad_roland_guillon_jean-francois_denis_jean-francois_vilarem-0.jpg

Parmi la flopée de participants, on trouve des Brestois, Roland Guillon, Jean-François Denis de Gap et Jean-François Vilarem de Montpellier. Petit clin d'œil à ce dernier Jean-François qui tente le parcours en vélo couché après avoir réussi un 600k entre Perpignan et Barcelone. N'oublions pas Jean-François, il reviendra sur cette page...

fichier 20100910_1919_d67_route_la_garde_kyriad_jean-francois_denis_jean-louis_bourcier_pascal_bride-0.jpg

La représentation nationale continue avec Jean-Louis Bourcier venu de Vitré, en Bretagne, et de Pascal Bride, venu des environs de Mulhouse. Petit clin d'oeil à Pascal, car si il est cyclosportif dans l'âme et assisté sur de nombreuses épreuves ultra, il s'apprête ici à être autonome pendant mille kilomètres. Une sacré partie de mille bornes, avec tout sur son vélo et sans voiture suiveuse. Félicitons Pascal pour avoir participé cette année à des BRM, dont le 200k de Francaltroff et nous l'encourageons tous pour faire la prochaine série complète à Francaltroff en 2011 et parfaire son entrainement en doublant le 200k et le 300k à Grenoble...

fichier 20100910_1936_001d67_route_la_garde_kyriad_joseph_maurer_ghislaine_maurer_yolande-0.jpg

Si nous avons pris connaissance des français, les participants étrangers sont aussi nombreux et sont venus en masse de l'autre bout du monde. Voici Joseph Maurer de San Francisco, accompagné de son épouse Ghislaine et de Yolande. Vraiment Joseph, merci d'être venu depuis l'Amérique pour ce beau parcours...

fichier 20100910_1953_d67_route_la_garde_kyriad_nicolas_eibner_sophie_matter_franck_vanderperre-0.jpg

Derrière la baie vitrée, nous retrouvons Sophie en train de faire connaissance avec Nicolas Eibner et Franck Vanderperre. Tous deux seront couchés pendant le brevet, un beau voyage les attend et nous aurons l'occasion de les revoir dans cette page. Franck est déjà venu dans les Alpes pour le BRA 2009 de Grenoble...

fichier 20100910_2028_002d67_route_la_garde_kyriad_sophie_matter_joseph_maurer_ghislaine_maurer_pascal_bride_roland_guillon_jean-francois_denis_jean-francois_vilarem_xavier_mondon-0.jpg

Bon, assez discuté, maintenant, tout le monde à table avec une bonne ration de pâtes et vous en reprendrez bien un peu non?

fichier 20100910_2125_d67_route_la_garde_kyriad_nicolas_eibner_jean-francois_vilarem_sophie_matter_franck_vanderperre-0.jpg

Avant d'aller se coucher, une photo de groupe: les compagnons couchés sont tout sourire auprès de Sophie, notre organisatrice bien aimée...

fichier 20100911_0544_d67_route_la_garde_kyriad_sophie_matter_pascal_bride_nicolas_eibner_joseph_maurer_franck_vanderperre_roland_guillon_jean-francois_denis_jean-francois_vilarem-0.jpg

Et le Samedi matin, nous retrouvons tout ce monde là, encore en train de manger, avec l'envie de plonger dans la piscine toute proche et l'inquiétude de tous ces kilomètres qui nous attendent...


Samedi matin, vers 6h30, c'est presque parti! Nous nous retrouvons autour des organisateurs administratifs pour récupérer la carte de route...

fichier 20100911_0637_002avant_depart_joseph_maurer_christophe_mandin-0.jpg

Les participants font la queue pour récupérer les papiers avant le départ...

fichier 20100911_0640_001avant_depart_inscriptions_remy_berthier-0.jpg

A cette table, ça ne rigole pas, les organisateurs pointent les inscrits en vérifiant que les droits d'inscription ont bien été acquittés...

fichier 20100911_0655_002avant_depart_inscriptions_claudy_gauthier-0.jpg

En dehors du local, c'est Claudy Gauthier qui contrôle les éclairages.

fichier 20100911_0659_003avant_depart_inscriptions_XXXX_XXXX_XXXX_joseph_maurer-0.jpg

Les sourires s'affichent sur les visages des participants étrangers. En rouge, on voyage en Allemagne et nous retrouvons Joseph Maurer, de Californie...

fichier 20100911_0706_001d67_route_la_garde-0.jpg

C'est maintenant parti, nous sommes une bonne trentaine à nous élancer...


Les routes du Var sont pénibles. J'ai l'impression qu'elles sont étroites et la circulation est abondante...

fichier 20100911_0736_002d554_route_nicolas_eibner_jean-francois_vilarem-0.jpg

Après Belgentier, une petite côte me permet de rattraper agréablement les copains couchés... Voici Nicolas Eibner qui précède...

fichier 20100911_0736_003d554_route_jean-francois_vilarem_franck_vanderperre-0.jpg

...Jean-François Vilarem, occupé à piloter et à prendre des photos...

fichier 20100911_0737_d554_route_franck_vanderperre-0.jpg

...et Franck Vanderperre, en dernière position, est concentré sur cette montée...

fichier 20100911_0752_001d554_route_richard_leon_bernard_peguin-0.jpg

Je papillonne de groupe en groupe, discutant avec Xavier Mondon, Richard (ici en bleu), Bernard Péguin (rencontré en 2009 sur les routes bretonnes et ici au plan) et en gardant un oeil sur le rétroviseur et sur ces autos qui pourraient ne faire qu'une bouchée de nos groupes...

fichier 20100911_0802_d554_route_meounes_bernard_peguin_jean-francois_vilarem-0.jpg

Et nous arrivons quasiment groupés à Méounes...


Après Mazaugues, la route devient paisible, une montée et une courte descente. Dans celle-ci, un virage présente une coulée de gravillons. Je la vois au dernier moment. Je n'ai pas dérapé, mais je pense aux compagnons couchés qui vont vite arriver, grisés par cette descente. Je m'arrête, signale le danger, et hop, nous repartons...
A Saint Maximin, tout va bien, sauf que nous avons du mal à trouver la D3. Le GPS de Jean-François conseille de prendre la D560 et à la lecture de ma carte photocopiée, il me parait plus sage de poursuivre sur la N7. Une longue montée nous attend et plus loin nous trouvons la D203 qui va nous permettre de rejoindre Ollières. Dans la montée, nous avons perdu Joseph Maurer. Jean-François l'a vu s'arrêter, je l'attends en vain avant d'arrêter une voiture pour demander s'il a été aperçu dans cette montée. La réponse est négative, je ne cherche pas plus longtemps, je file directement sur Ollières où je retrouve la route principale avec le groupe de l'organisateur qui arrive à bonne allure.

fichier 20100911_0959_002d3_route_roland_guillon-0.jpg

La route devient roulante, une longue section plane nous attend, j'en profite pour laisser filer le vélo comme j'aurais fait en tandem. Le résultat est immédiat, je remonte Roland Guillon...

fichier 20100911_1021_002d3_route_franck_vanderperre-0.jpg

...mais je me fais allégrement dépasser par les compagnons couchés, Franck Vanderperre en tête...

fichier 20100911_1033_d3_route_sophie_matter-0.jpg

Dépassée à la sortie d'Ollières, Sophie Matter n'a pas tardé à me remonter en me précisant qu'il fallait profiter de cette accalmie du relief. J'essaye de m'accrocher derrière elle, mais je comprends bien vite que son petit triangle est vite synonyme de petit point et bientôt d'un rêve inaccessible...

fichier 20100911_1127_001d15_route-0.jpg

A Jouques, je m'arrête pour prendre de l'eau, le groupe de l'organisateur arrive et je reconnais entre autre Nicolas Bougrelle... Je repars de suite, engloutissant ça et là quelques bouchées de sandwiches et quelques morceaux de barres. J'ai du mal à remonter ce groupe et à me mettre à l'abri derrière, mais j'ai la ferme volonté d'y arriver. Je ne souhaite pas y arriver rapidement, mais longuement, alors je roule rapidement mais sans me mettre dans le rouge. Après 15 kilomètres, c'est chose faite, me voici dans le groupe et je retrouve Nicolas avec qui j'échange sur les prochains BRM de Grenoble que nous organiserons en 2011...

fichier 20100911_1140_002d15_route_joseph_maurer-0.jpg

Je suis bien content de retrouver Roland et Joseph dans ce groupe et finalement, nous roulons à bonne allure jusqu'à Cadenet où nous marquons tous une pause aux alentours de midi...


L'épicerie est prise d'assaut et à la boulangerie, Roland Guillon s'enfile les deux dernières quiches, ne me laissant que le choix d'acheter ce qu'il reste, c'est à dire un petit paquet de chips. Finalement je l'apprécie, je casse le gout sucré des riz au lait avec du salé et à 12h20, nous repartons...

fichier 20100911_1222_002d943_route_christophe_arnaubec-0.jpg

Le groupe a éclaté et derrière moi, se trouvent Christophe Arnaubec et Nicolas Bougrelle. Christophe me parle, j'ai du mal à le suivre, il roule avec un sac à dos de travers et son plus petit développement est un 48x25...

fichier 20100911_1234_002d943_route_combe_de_lourmarin-0.jpg

Dans la combe de Lourmarin, le paysage devient grandiose et...

fichier 20100911_1309_001d943_route_col_du_pointu_jean-francois_vilarem-0.jpg

...turlututu, casque pointu et voici le col du Pointu! Nous dépassons Franck et Nicolas qui font une pause, Jean-François n'est pas loin, il fait des photos au sommet du col du Pointu et s'inquiète de la progression de ses compagnons...

fichier 20100911_1312_002d943_route-0.jpg

En descendant du Col du Pointu, une belle vue sur le Lubéron...


Juste avant d'arriver dans la périphérie d'Apt, nouvelle erreur d'aiguillage. Jean-François, Franck et Nicolas veulent filer sur Bonnieux que je ne trouve pas sur la feuille de route. En regardant ma carte photocopiée, je remarque que Bonnieux n'est pas dans la bonne direction!

fichier 20100911_1327_001n100_route_panneau-0.jpg

Avec Roland qui arrive, nous prenons finalement la prochaine route qui nous emmène sur la N100. A cet instant, nous allons être dépassés par deux adolescentes en voitures qui m'insultent au passage. Je n'ai pas relevé le numéro de la bagnole, mais j'ai juste repéré le A sur la vitre arrière. Sans commentaires...


La longue ligne droite vers la prochaine ascension est une route en mauvaise état (Very bad road service comme on aurait dit en anglais). Je roule au milieu en gardant un oeil sur le rétroviseur jusqu'à la prochaine automobile. Je retrouve Remy Berthier, rencontré la veille près du départ et qui porte aussi un sac à dos, mais correctement mis... Juste avant Murs, séance d'étonnement! Je vois un panneau qui indique la piste de Vaumale à gauche, alors que l'an dernier j'avais franchis le col de Vaumale pendant la Super Randonnée de Haute Provence. Ah, si Sophie Matter avait été là, j'aurai pu lui demander, où alors en sens inverse, si j'avais été plus rapide, j'aurais aussi pu lui demander le pourquoi de ce panneau.

fichier 20100911_1412_001d4_route_maraudage_figue_fraiche-0.jpg

Quelques hectomètres plus loin un figuier est en plein soleil et me présente des belles figues fraiches ouvertes. L'instant est grandiose, je maraude deux figues en regardant les copains qui arrivent en vélo. Je pars vite, leur laissant possibilité de s'arrêter s'ils le souhaitent...

fichier 20100911_1418_001d4_route_murs_panneau-0.jpg

En arrivant à Murs, il fait chaud, je rentre dans le restaurant des Crillons, pour le précieux coup de tampon. A l'intérieur, le temps semble s'arrêter, il fait bon et tout les clients assis me regardent avec une décontraction exemplaire. Je trouve le serveur qui m'emmène vers le bar, me disant avec le sourire C'est par là que ça se passe!. Ce n'est pas l'échaffaut qui m'attend mais juste un coup de tampon. En ressortant, je retrouve la réalité du brevet: Roland Guillon arrive en se plaignant de la chaleur et un autre cyclo avec un vélo rouge et un maillot de l'Ardéchoise a aussi l'air d'avoir chaud. J'ironise un instant sur la couleur rouge de son vélo en lui demandant si c'est lui le véhicule prioritaire pendant cette partie de Mille bornes... Je repars vite et reprend de l'eau à la fontaine à la sortie du village à droite. L'opération est risquée car des abeilles sont en train de tournicoter autour de l'eau qui coule. Je dévisse ma gourde, la présente sous le filet et elle commence à se remplir. Soudain, une abeille veut en finir avec la vie, elle se précipite contre le filet d'eau, ne peut opposer aucune résistance et fini sa vie dans... ma gourde. Elle regrette son geste et la voilà en train d'essayer de s'en sortir, mais entre temps, j'ai pris peur et agite la gourde dans tous les sens pour la faire sortir. Les autres abeilles comprennent la situation et les voilà toutes autour de moi... Finalement, c'est le groupe de l'organisateur, lourdement assisté par les compagnons couchés, qui vont venir à mon secours! Colette aurait des problèmes d'éclairages, elle mange une banane et Claudy, lui, plonge la tête dans la fontaine de l'autre coté des abeilles en furie pour se rafraichir. D'après ses dires, c'est la meilleure méthode pour se refroidir...

fichier 20100911_1456_d4_route_christophe_petit-0.jpg

Franck, le visage pale des vélos couchés (ce n'est pas moi qui l'appelle ainsi, mais Nicolas et Jean-François), est ici parmi nous. Avec toute cette agitation, je réussis à remplir ma gourde et me voici prêt à repartir vers le col de Murs. Je pense un instant à Marie-France, une amie diagonaliste, qui doit être à la foire bio de Mur de Bretagne. Aucun rapport avec le sujet de cette page mais l'homonymie du nom du village me fait sourir. Pour celles et ceux qui voudraient tout savoir, la cote de Mur de Bretagne est bien plus difficile que le col de Murs (d'ailleurs, on ne prononce pas Murs, mais Mursssse).

fichier 20100911_1504_001d4_route_col_de_murs-0.jpg

Pas de panneau en haut du col, je me contente d'une photo rapide avant de plonger dans une descente sur une route pleine de virages, grumeleuse et ne pouvant pas du tout prendre de vitesse. En face, un groupe de cyclos montent vers le col de Murs...

fichier 20100911_1604_d1_route_claudy_gauthier_paul_tournelier_christophe_petit_colette_gauthier_remy_berthier-0.jpg

Après une autre remontée, je suis dépassé par le groupe de Claudy à Mazan, et j'essaye de les suivre, avec succès...

fichier 20100911_1605_002d1_route_christophe_petit_piles-0.jpg

En prévision des prochaines nuits, Christophe Petit trimbale des piles...


A Caromb, je comprends bien vite que ma poursuite va s'arrêter là, je sens venir le coup de fatigue, le front transpire, moins de forces dans les jambes et je baille, je baille... Dans le village, je trouve un banc, une supérette et une boulangerie. J'achète des riz au lait, des coca cola et deux quiches aux poireaux que j'aurais du mal à mastiquer, tellement il me manque de la salive. Je m'allonge les jambes en l'air en respirant bien en fermant les yeux sous le guidon du vélo qui me parait très haut, très loin dans le ciel bleu... Dix minutes plus tard, je mastique mieux, profite de la saveur du coca cola, de la fraicheur du riz au lait et de l'invitation de la feuille de route à poursuivre le parcours. Je place trois des riz au lait dans la sacoche, garde du coca cola en cas de coup dur et reprends la route. C'est fou, mais la montée à la sortie de Caromb se passe sur le plateau du milieu, je viens de retrouver mes jambes et tout va bien. Tout, sauf que je n'ai aucune chance de rattraper le groupe perdu et je m'attends à de longs kilomètres seul... Seul? peut-être pas, car plus loin, dans le fossé, je découvre Joseph Maurer qui apprécie l'ombre en se reposant! Je m'arrête en lui donnant un riz au lait qu'il apprécie avec sa cuillère plutôt que la mienne, un peu de coca cola, et...

fichier 20100911_1648_004d938_route_joseph_maurer-0.jpg

...nous repartons ensemble.

fichier 20100911_1649_d938_route_abbaye_sainte_madeleine-0.jpg

A deux, les kilomètres paraissent moins longs et en quelques coups de pédales, nous voici au pied du château de Barroux... J'avais confondu ce château avec l'Abbaye Sainte Madeleine mais Guy Pachoud, un grand ami cyclo m'a permis de corriger ma mérpise. Nous passons Malaucène et même Vaison la Romaine...

fichier 20100911_1754_002d938_route_vaison_la_romaine_velo_roland_guillon-0.jpg

...où nous trouvons un vélo bien équipé avec GPS, carte, appareil photo... C'est le vélo de Roland qui goutte aux spécialités de Vaison la Romaine...

fichier 20100911_1848_001d8_route_sainte_cecile_les_vignes_panneau-0.jpg

Il est 18h00 et nous repartons à deux, avec Joseph. Maintenant, les choses deviennent claires dans mon esprit. Il reste deux bonnes heures de jour avant la tombée de la nuit, une occasion unique pour rouler et profiter au maximum des heures de jour pour rouler. Je prévois de diner vers 21h00 en arrivant à Pont Saint Esprit...

fichier 20100911_1848_004d8_route_sainte_cecile_les_vignes_joseph_maurer-0.jpg

Je propose ce scénario à Joseph qui l'accepte et nous roulons de concert sur les petites routes du Vaucluse...

fichier 20100911_1848_005d8_route_joseph_maurer-0.jpg

A plusieurs reprises, Joseph a voulu me relayer en me passant devant. C'est très gentil, mais étant habitué à rouler seul, je suis plus stressé quand je vois une roue devant ma roue avant...

fichier 20100911_1848_015d8_route_sainte_cecile_les_vignes_joseph_maurer-0.jpg

...alors je préfère reste en tête, d'autant plus que le vent n'est pas si fort que cela...

fichier 20100911_1939_d44_route_pont_sur_le_rhone-0.jpg

Le canal de Donzère à Montdragon...

fichier 20100911_2039_n86_route_pont_saint_esprit_pizzeria-0.jpg

A 20h40, nous arrivons à Pont Saint Esprit avec un peu d'avance. Une pizzéria nous tend les bras, je demande à être servi rapidement et en 1h 10minutes, nous aurons mangé un plat de pâtes, une crème brulée, un café et avons eu le temps de faire une pause technique. Cette pizzéria est en fait un piège, car au fur et à mesure de notre repas, elle s'est transformée en karaoké avec des personnes qui tentent de chanter. Le volume de la sono m'indispose et je n'ai qu'une hâte: Partir! Je signale notre position à Isabelle. J'ai du mal à l'entendre, tellement la sono est forte...

fichier 20100911_2058_001n86_route_pont_saint_esprit_restaurant_franck_vanderperre_nicolas_eibner_claudy_gauthier_paul_tournelier_remy_berthier_christophe_mandin-0.jpg

En repartant, juste à côté, nous retrouvons le groupe de l'organisateur avec les compagnons couchés que nous n'avions pas vu depuis belle lurette...

fichier 20100911_2058_002n86_route_pont_saint_esprit_restaurant_jean-francois_vilarem_franck_vanderperre_nicolas_eibner-0.jpg

Au menu, des photos, du melon, des crudités et ils ne sont pas prêts à repartir. Nous filons....

fichier 20100911_2110_002n86_route_joseph_maurer-0.jpg

Mon compagnon de route s'est transformé en sapin de noël avec la tombée de la nuit. Une transformation nécessaire pour être bien vu et respecter les signalisations en vigueur...

fichier 20100911_2139_002n86_route_pont_sur_ardeche_avant_saint_martin_ardeche-0.jpg

Nous suivons la feuille de route et hésitons sur la D141 que nous prenons dans le mauvais sens. Après une montée supplémentaire, nous comprenons notre erreur et revenons sur nos pas. Nous arrivons à Saint Martin d'Ardèche sur le pont sur l'Ardèche et plus loin à gauche la route des Gorges de l'Ardèche nous attend. Après l'avoir faite dans l'autre sens en 1997 pendant Bordeaux-Apt et sous la pluie, je la refait maintenant mais en pleine nuit! Des belles montées, de petites descentes, une route qui me rappelle la portion entre Trévé et la Porte aux Moines sur la route de PBP. Il n'y a personne, parfois en sens inverse, une voiture ralentie en voyant nos éclairages et je commence à paniquer à un instant car dans une descente mon éclairage principal ne marche plus. Le secondaire prend le relais, mais je veux comprendre pourquoi le primaire a une défaillance. Vérifiant que Joseph n'est pas juste derrière, je m'arrête et constate juste que je n'ai pas actionné l'interrupteur de marche/arrêt du phare primaire sous mon cintre! Un peu de fatigue peut-être? Voulant être un grand gaillard, je refuse de répondre oui à cette question et je reprends la route. Derrière, une voiture semble arriver, mais elle ne parvient pas à me dépasser, une fois, deux fois, x fois. En fait, ce n'est pas une voiture, mais Joseph qui éclaire bien avec son éclairage principal. A l'intersection avec la route de Bidon, je fais une pause technique. Joseph me propose de pointer vite à Vallon, sans rentrer au centre ville, il affirme avoir repéré sur google street view où se trouve le panneau de fin de village où nous pourrons nous prendre en photo avec le mode nuit de l'appareil photo. Cette solution me convient bien et nous roulons de concert vers ce prochain contrôle...

fichier 20100911_2327_d290_route_groupe_derriere_XXXX-0.jpg

Nous sommes rejoints par le groupe de Claudy et je discute avec Paul Tournelier, qui conduit un vélo Cattin. Il me dit que Claudy a eu des problèmes d'éclairage et au fur et à mesure de la discussion, nous trouvons des amis en commun: Sylvie et Laurent, Richard, Joseph Delalande et en pleine nuit, nous voici à parler de Diagonales, du rythme de certains et d'autres. A force de discuter, on oublie les kilomètres et nous voici arrivés au centre ville de Vallon Pont d'Arc, mais Joseph n'est pas là... Je comprends mon erreur: j'ai suivi bettement un groupe alors que nous avions convenu de nous prendre en photo devant le panneau. J'en profite pour pointer dans un bar encore ouvert avant de filer vers ce panneau mais Joseph n'est pas là. J'arrête une voiture qui vient de Ruoms pour lui demander si un cyclo a été vu devant. La dame a certainement eu peur d'être interpelé en pleine nuit par un cyclo avec une frontale et la fenêtre du passager ne s'est ouverte que sur quelques centimètres... La réponse est négative, aucun vélo n'a été vu vers Ruoms. Au repas, j'ai pris soin de donner à Joseph les coordonnés de l'hôtel et mon numéro de réservation à Aubenas, alors je file seul vers la ville ardéchoise...


Il est 00h20 et il est annoncé 35 kilomètres. Je file seul. Je pédale finalement bien, les kilomètres défilent mais à quatre kilomètres de l'arrivée, le coup de barre survient. J'entends Isabelle me dire qu'il est temps de ne pas lâcher prise, alors debout sur les pédales, je me force à pédaler, à me dépasser. Une dernière montée, saint Etienne de Fontbelon, la direction d'Alès comme au 600 de Gap et voici enfin Aubenas avec l'hôtel Ibis que j'avais repéré en juin dernier. Ouf! Il est à peine deux heures, je suis parvenu à l'étape, le compteur affiche 338 kilomètres avec un peu plus de 3100 mètres d'élévation...

A la porte de l'hôtel Ibis, le portail est fermé. Je le force, il résiste avant que je découvre la sonnette. J'appuie dessus, le veilleur de nuit arrive... Je décline mon identité, parle de mon collègue Joseph sans le nommer et sa réponse est sans ambiguïté:

Entre temps le portail s'est ouvert, je rentre et veut en savoir plus sur son heure d'arrivée...

A ce moment, mon inquiétude est grande, il ne peut pas s'agir pas de Joseph mais d'un autre cyclo qui s'est arrêté ici! La situation est quand même étrange car personne n'a apparemment prévu de dormir pendant cette première nuit. J'indique au veilleur de nuit que j'attends Joseph, qu'il a mon numéro de réservation dans la chambre 120, qu'il va certainement appeler s'il est perdu et que nous prendrons le déjeuner tout à l'heure...

fichier 20100912_0204_d104_route_aubenas_hotel_ibis-0.jpg

Je file dans la chambre 120. Je découvre deux petits lits dont un qui n'attend que moi, mais avant, le passage à la douche s'impose! L'eau chaude arrive, le savon mousse dans mes cheveux et quelques étirements sous une eau devenue plus fraiche me font le plus grand bien. Nouvelle pause technique en me séchant et aucun bruit:

Je sors de la salle de bain et la porte d'entrée s'ouvre! Joseph apparait! Super, je suis content! il explique avoir eu un saut de chaine avant l'arrivée à Vallon Pont d'Arc et n'a pas pu suivre le groupe avec qui j'ai roulé. Bref, passage à son tour sous la douche et à 2h30, nous éteignons les lumières, mais les réveils sont armés: Mon téléphone et ma montre...
Je m'endors rapidement, comme en Diagonale...

fichier 20100912_0230_ciclosport_altitude_resized_temperature-0.jpg

En conclusion, cette première étape n'a pas été trop difficile car elle s'inscrit dans un ratio de 1000 mètres d'élévation pour 100 kilomètres...

fichier 20100912_0514_d104_route_aubenas_hotel_ibis_joseph_maurer-0.jpg

La nuit m'a semblé très longue quand le réveil a sonné. La montre a pris la suite du téléphone et une nouvelle douche avant de nous présenter au petit déjeuner servi en buffet. Quand Jean-Philippe et Joseph font un BRM, il faut certainement mieux les avoir en photo qu'en pension. A deux, on a bien profité de ce buffet, café, céréales. Joseph découvre ces hôtels à réservation automatique typiquement français. Il me raconte comment ça se passe aux USA avec les motels. Sans le vouloir, en voyageant de la Provence à l'Ardeche, je me suis trouvé à voyager aux USA. Il faut y aller, nous sommes juste!

nous a dit le veilleur de nuit et il fait encore nuit quand nous cherchons la direction de Privas. A cet instant, je n'ai pas repéré la route que j'ai empruntée en sens inverse pendant le 600 de Gap et nous avons tourné en ville avant de trouver la N104. Erreur d'aiguillage bête mais le temps passe...

fichier 20100912_0715_001d104_route-0.jpg

Le jour s'est levé, entrainant avec lui quelques promeneurs nocturnes qui sortent leurs chiens pour la première fois de la journée...

fichier 20100912_0743_d104_route_col_escrinet-0.jpg

La route s'élève doucement et nous sommes deux à progresser vers le col de l'Escrinet doucement, lentement car les jambes se souviennent encore des efforts d'hier. Il n'y a personne devant, personne derrière. Un regard sur la montre me montre que nous sommes limites dans la fourchette horaire, il fait maintenant bien jour et quelques chasseurs se sont donnés rendez-vous pour ce premier jour de chasse de l'année.

fichier 20100912_0752_d104_route_col_escrinet-0.jpg

Nous nous habillons avant d'entamer la descente vers Privas...

fichier 20100912_0853_001n86_route_le_pouzin-0.jpg

...puis nous voici au Pouzin...

fichier 20100912_0853_004n86_route_le_pouzin_joseph_maurer-0.jpg

...et nous restons habillés jusqu'à...

fichier 20100912_0903_001n86_route_la_voulte_sur_rhone_panneau-0.jpg

...la Voulte sur Rhône, six kilomètres plus loin afin de réduire les temps d'arrêts... A 9h10, nous découvrons la boulangerie où nous allons pointer avec quasiment deux heures de retard. Stupéfaction, mais dans le bistrot voisin, nous retrouvons Roland qui entame son second café. Il veut abandonner, j'essaye de lui en dissuader et de continuer avec nous...

fichier 20100912_0949_d86_route_la_voulte_sur_rhone_pont_joseph_maurer-0.jpg

C'est chose faite, à 9h40, nous voici sur le pont en train de franchir le Rhône en essayant de faire la course avec une joggeuse qui nous rattrape dès le premier feu rouge...


A Crest, nous marquons une pause de 10 minutes, Roland s'arrête dans la boulangerie et nous faisons des emplettes dans la supérette voisine. Nous repartons rapidement, mais réussirons-nous à revenir sur ce retard qui commence à nous étouffer.

fichier 20100912_1129_002d93_route_roland_guillon_joseph_maurer-0.jpg

Nous roulons plutôt bon train dans la vallée de la Drôme, les uns derrière les autres...

fichier 20100912_1154_001d93_route_saillans_cave_clairette_de_die_roland_guillon_joseph_maurer-0.jpg

A Saillans, le moment va être unique, je présente à gauche le Vercors à Roland venu de l'autre bout de la France et à Joseph venu de l'autre bout du monde. De l'autre coté du Vercors, Grenoble, et à droite le Diois. Joseph me demande de faire répéter... Soudain, une cave se présente à droite. Je ne réfléchis pas longtemps, lève le bras droit pour y faire gouter la Clairette de Die à mes deux compagnons.

fichier 20100912_1154_002d93_route_saillans_cave_clairette_de_die_roland_guillon_joseph_maurer-0.jpg

L'arrêt va durer 10 minutes, assis sur une chaise, Roland, Joseph et moi, nous prenons plaisir à déguster une coupe de Clairette... Quand Cyclotourisme sportif rime avec découverte de notre beau pays...

fichier 20100912_1357_d93_route_die_joseph_maurer-0.jpg

Séduit par cet arrêt, Joseph exprime que le cyclotourisme avec moi, c'est un peu spécial... En quelques coups de pédales, Joseph est devenu amoureux de cette région reculée qu'est le Diois et promets d'y revenir l'an prochain avec son épouse et Yolande. En attendant, voici Joseph à Die...

fichier 20100912_1415_d539_route_panneau-0.jpg

Maintenant les choses sont claires, nous allons faire encore chambre commune à Briançon ce soir avec Joseph dans la chambre qu'il a réservé depuis 15 jours et qu'il ne peut annuler sans frais. J'annule donc ma réservation et nous repartons vers Chatillon en Diois... Devant ce panneau Roland regrette que le Col de Grimone soit ouvert...

fichier 20100912_1441_001d539_route_chatillon_en_diois_joseph_maurer-0.jpg

Nouvel arrêt à Chatillon pour faire le plein d'eau et nous commençons doucement l'ascension du col de Grimone...

fichier 20100912_1539_001d539_route_glandage_panneau-0.jpg

Glandage, dans le Diois. Je passe rarement ici dans ce sens là. Mais y passer maintenant me rappelle que j'ai connu cette route pendant un BRM de 400k autour du Vercors et de la Chartreuse. Le temps a passé, c'était en Mai 1999...

fichier 20100912_1610_d539_route_gorges_des_gats-0.jpg

L'endroit est merveilleux, je le connais, mais je mesure combien les deux copains vont être émerveillés par cette route...

fichier 20100912_1623_002d539_route_grimone-0.jpg

Le petit hameau de Grimone...

fichier 20100912_1651_001d539_route_col_de_grimone-0.jpg

...et le col que nous atteignons à 17h00.

fichier 20100912_1702_d539_route_vue_vers_pic_de_bure-0.jpg

La descente vers la vallée du Buech laisse apparaitre le splendide Pic de Bure...

fichier 20100912_1730_001d1075_route_panneau-0.jpg

La circulation est dense sur la D1075, les automobiles rentrant de week end vers Grenoble. En nous faufilant, nous réussissons à arriver au Col de la Croix Haute sans encombre.


Joseph déclare forfait et décide d'abandonner. Il y a dans sa voix une détermination qu'il est inutile de contrarier. Sa décision est irrévocable. Je suis surpris car nous roulions bien ensemble et je me propose quand même de continuer après le repas qu'Isabelle va nous apporter à Vizille. Mais Joseph? comment l'abandonner ici comme une vieille chaussette, dans une région qu'il ne connait pas? Je lui propose de rejoindre Isabelle et notre domicile. Il accepte. Je téléphone à Isabelle pour lui annoncer la défection de Joseph, le temps passe, notre retard s'allonge et Jean-François Vilarem arrive. Il est seul. L'équipe des compagnons couchés a elle-aussi explosé, il a cependant la ferme volonté de continuer.

fichier 20100912_1811_001d66_route_joseph_maurer_roland_guillon_jean-francois_vilarem-0.jpg

Notre équipe de trois, devenue provisoirement deux, est redevenue composée de trois personnes dont un vélo couché. Nous filons vers le col du Banchet et Mens.

fichier 20100912_1904_001d66_route_mens_roland_guillon_jean-francois_vilarem-0.jpg

Il fait encore jour et nous pointons rapidement à Mens avec presque trois heures de retard. Quelques cacahuètes nous permettent de casser le gout du sucré et les badauds s'intéressent au vélo couché de Jean-François.

fichier 20100912_1936_d526_route_mens_panneau_fin_jean-francois_vilarem-0.jpg

Pas question de trop trainer...

fichier 20100912_1951_001d526_route_col_accarias_panneau-0.jpg

il nous reste le col Accarias avant la descente au Pont de Ponsonnas et la montée vers la Mure.


Dans cette montée, j'ai la volonté de ne pas m'arrêter pour tirer mes compagnons vers la Mure, vers le Col de la Festinière avant d'entamer la descente vers Basse Jarrie. Je surveille leur venue mais je suis un peu perdu entre les phares des véhicules et les leurs qui éclairent bien. Je file. Après Nantizon, il fait nuit et une rangée d'éclairs illumine l'horizon. Je n'entends pas le grondement, l'orage doit être encore loin, mais les quelques gouttes de pluie n'annoncent rien de bon. Je me rappelle la Super Randonnée de Haute Provence, où j'avais vu ces éclairs sans bruit à Sault, et l'orage à Banon m'avait contraint à m'arrêter. Au Col de la Festinière, je m'arrête pour bâcher mes affaires car la pluie arrive. Jean-François arrive en me demandant quand cette route va commencer à descendre? Il m'apprend la défection de Roland qui s'est arrêté dans un hôtel à la Mure.

Depuis le Col de la Croix Haute, j'ai bien conscience que je vais devoir être fort pour ne pas abandonner à mon tour. Pendant les Diagonales, ou pendant le PBP, les équipes, dont les membres abandonnent, ne vont pas tellement loin. J'ai la volonté de continuer, même si le passage du Col du Lautaret se fera de nuit, l'arrivée à Briancon au petit jour, avec le risque de finalement shunter les deux heures prévues de sommeil avant d'entamer la dernière étape de 360 kilomètres.

fichier 20100912_2148_001d529_route_monteynard_christophe_arnaubec-0.jpg

Dans la descente, à Monteynard, je retrouve un cyclo qui dort dans un abri bus. Il bouge parfois le bras et sous le casque vert et jaune, je reconnais Christophe Arnaubec, l'homme au sac à dos de travers. Je file dans la descente, en me positionnant au milieu de la chaussée, les deux éclairages me guidant sur la signalisation horizontale centrale.

fichier 20100912_2211_d1091_route_jean-francois_vilarem_avant_vizille-0.jpg

A 22h00, nous arrivons à Vizille, un autre contrôle où nous retrouvons Isabelle qui a tout prévu...


Je réfléchis et même si la route est sèche, partir vers le Lautaret ne me tente pas avec cette pluie qui pourrait survenir. Connaissant mes limites et mes faiblesses face à l'humidité, je préfère finalement m'arrêter ici, c'est le vélo plaisir qui m'attire et pas l'obligation de résultat, surtout sur une épreuve qui ne sert pas à grande chose, un 1000 reste toujours optionnel même dans la qualification à PBP. Je garde une bonne impression de cette première partie et je vois le trajet vers Briançon comme un enfer sans nom. Jean-François choisi de continuer et avec Isabelle et Joseph nous rentrons à Grenoble. Je me demande si j'ai déjà fait cette portion de route en voiture avec le vélo dans la voiture. Peut-être pas! C'est une première ce soir! Je n'ai pas terminé ce brevet, j'ai fait un beau voyage et rencontré des amis, dont Joseph. Retour à la maison, où nous dressons le lit pour Joseph dans le salon. En me couchant, je pense à Jean-François, quelque part dans le Lautaret, certainement vers le barrage du Chambon...
Le lendemain, au petit déjeuner, avec Joseph, nous discutons, nous sommes plutôt bien reposés et j'indique à Joseph comment rentrer à Toulon par le train, en ne prenant que des TER pour ne pas avoir de problèmes avec son vélo. Finalement, ça s'est bien terminé, sans douleur... C'était un aller simple Toulon-Grenoble...

fichier 20100912_2230_ciclosport_altitude_resized_temperature-0.jpg

Une seconde étape de 227 kilomètres pour 2800 mètres d'élévation...






fichier go_toppage.png

    N'oublions pas nos amis...

logo Eric Vincent

À la mémoire d'Éric Vincent: En tant que participant à ce brevet et ami du Cyclo Club de Gap, je me permets de vous informer du terrible accident qui est survenu samedi 04 Juin 2011 au soir et qui a couté la vie à Éric Vincent, engagé comme nous tous sur ce brevet et renversé par un chauffard ivre. Lire:
Lundi 06 Juin 2011: Article de La Provence et celui du Dauphiné Libéré.
Mardi 07 Juin 2011: Article de La Provence et celui du Dauphiné Libéré.
Mercredi 08 Juin 2011: Article du Dauphiné Libéré.
Jeudi 09 Juin 2011: Article de La Provence, celui du Dauphiné Libéré et ce flash.
Vendredi 10 Juin 2011: Les obsèques d'Éric ont été célébrés à Gap avec beaucoup d'émotions.
Éric avait 47 ans, marié, trois enfants et habitué des BRM de Gap. Le matin, j'ai remarqué sa veste réfléchissante rouge, très visible et qui dénote des habituelles vestes jaunes. J'ai pris la photo ci-contre alors que nous roulions ensemble avant Sauzet avant de poursuivre notre brevet à notre rythme... J'assure la famille de mon soutien moral...


logo Cyril Thimonnier

À la mémoire de Cyril Thimonnier: J'ai appris, pendant le BRM de 600k de Chartres (28), le terrible accident qui a couté la vie à Cyril Thimonnier. Cyril tentait le dernier Brevet qualificatif pour PBP 2011 quand il a été heurté par l'arrière en pleine ligne droite par un automobiliste qui a pris la fuite. L'accident s'est passé juste avant Puiseaux (lieu de contrôle). Lire:
Lundi 13 Juin 2011: Article du Parisien.

La photo ci-contre montre Cyril Thimonnier sur le chemin du retour de PBP 2007 au contrôle de Villaines La Juhel (Crédit photo: Denis Transon). Cyril avait 39 ans et il était père de deux jeunes enfants. J'assure cette nouvelle famille de mon soutien moral...

 

Avertissement

 

Les personnes photographiées sur cette page, acceptent tacitement de figurer sur les pages de mon site internet. Je m'engage à vérifier que les clichés et les annotations ne concernent que le cyclotourisme à l'exclusion de tout autre commentaire. Cependant, pour préserver les libertés individuelles de chacun, chaque personne bénéficie d'un droit de retrait dont elle peut faire usage, n'importe quand, en suivant ce lien